Les grands nombres

Nous avons la chance d’avoir deux petites filles qui adorent les mathématiques. Elles aiment bien faire des calculs, s’amusent à trier les chiffres par ordre de grandeur, comptent régulièrement tout ce qu’elles voient passer (les motos quand on est en voiture par exemple)…

Elles ont une faculté à comprendre et à réutiliser cette matière, c’est impressionnant je trouve et j’espère que cela va continuer longtemps comme ça !

Comme l’école nous a bien fait comprendre que l’apprentissage en maternelle s’arrête au dénombrement jusque 10 et à la comptine numérique jusque 30, nous essayons de leur montrer à la maison comment jouer avec les nombres, à quoi les servent…

Nous ne voulons pas « pousser » nos filles, mais nous sommes contre le fait de leur dire « tu ne peux pas apprendre, tu n’as pas l’âge » !

Du coup, quand elles maîtrisent une connaissance, nous essayons de leur proposer régulièrement des exercices pour s’entraîner et ne pas perdre leurs acquis.
Nous en profitons aussi pour leur présenter une nouvelle notion. Si elles sont intéressées, elles vont nous demander de travailler avec et de leur apprendre. Dans le cas contraire, nous mettons de côté la notion et nous la reproposons plus tard, en fonction des envies.

 

Quand présenter les grands nombres aux enfants ?

Les filles s’amusaient à nous dire depuis plusieurs semaines des grands nombres du style 1796 pour tout et rien. C’était une « période sensible » pour elles. Je leur ai proposé d’apprendre à lire ces grands nombres, à comprendre comment les écrire…

Après une brève présentation du matériel pour voir si cela les intéressait autant que je le pensais, elles ont tout de suite accroché et demandaient à l’utiliser tous les jours.

Nous voici lancés dans ce nouvel apprentissage !

Notons tout de même que Cacahuète maîtrisait déjà les bases, c’est-à-dire :
– la comptine numérique de 0 à 100
– la lecture des nombres de 0 à 100 montrer au hasard (j’ai créé des cartes recto/verso avec les nombres et tous les jours pendant quelques semaines nous en piochons 3 et elle devait lire les nombres en s’aidant au début de la frise des nombres puis elle les connaissait)
– l’écriture sous forme de dictée des nombres de 0 à 100

Pour vous donner une petite idée, elle avait un tout petit peu plus de 4 ans et demi quand elle a découvert le matériel des grands nombres.

Pour petite Em, c’est un peu différent puisqu’elle voit sa soeur apprendre et qu’elle retient des informations même si on ne lui présente pas les mêmes activités. Du coup, elle ne maîtrise pas encore les mêmes acquis, mais comprend assez bien le fonctionnement des grands nombres.

À tout juste 4 ans, elle connaît déjà la comptine numérique jusque 69, lit et écrit les nombres jusque 59.

 

Comment présenter les grands nombres aux enfants ?

Nous avons plusieurs « outils » :
– les grandes cartes en bois qui permettent d’écrire les nombres de 1 à 9999
– les timbres qui permettent de dénombrer avec les dizaines, les centaines, les unités et les milliers (même code de couleur que les cartes en bois !)
– les cubes en bois qui permettent de décomposer un nombre avec les unités, les barres de dizaines et les plaques de centaines

les grands nombres cubes en bois instruction en familleles grands nombres timbres montessori primaire maternelle

les grands nombres grandes cartes en bois montessori ief

Pour commencer, les filles ont manipulé le matériel pour comprendre que 10 unités = 1 dizaine.
Une fois cette notion d’acquise, on peut continuer en montrant que 20 unités = 2 dizaines…

Elles aimaient bien prendre une carte avec un nombre d’écrit dessus et utiliser les cubes en bois et les timbres pour décomposer le nombre avec les dizaines et les unités.

Les grands nombres IEF

Avec cette méthode, petite Em arrive à écrire des nombres qu’elle ne maîtrise pas encore.
Par exemple, elle se trouve devant un exercice avec 78 cercles et il faut qu’elle écrive le nombre après les avoir comptés, mais elle ne sait pas l’écrire. Alors elle prend les cubes et les barres en bois. Elle explique qu’il faut 7 barres de dizaines et 8 unités donc 78 s’écrit : 7 puis 8 !
Et voilà comment elle arrive à se débrouiller toute seule 🙂

Pour la présentation des grandes cartes en bois, j’ai expliqué aux filles qu’il y avait les cartes d’unités, de dizaines, de centaines et de milliers.
J’ai montré des exemples de nombres entre 1 et 99 pour qu’elles voient le fonctionnement et qu’elles écrivent à leur tour des nombres :
– recopier un nombre écrit sur une carte
– dictée d’un nombre
– écrire au hasard un nombre, puis le lire…
Elles font fait plusieurs types « d’exercices » pour manipuler au maximum les cartes.

L’introduction des centaines et des milliers s’est faite naturellement parce qu’elles demandaient que je leur donne des exemples avec.
Elles ont appris que 100 c’est cent et 200 c’est deux cents…
Puis on a ajouté des unités pour lire 101, 108…

Pour aider la décomposition des milliers et des centaines, j’écrivais les nombres dans un tableau pour montrer que chaque colonne correspond en fait à une carte en bois.

Les grands nombres instruction en famille

Lorsque Cacahuète a été suffisamment à l’aise avec les cartes en bois pour écrire les nombres, je lui demandais d’en écrire un sur son cahier en dictée tous les jours. Cela lui a permis de s’exercer, mais aussi de voir les nombres qui lui posaient le plus de difficultés par exemple :
– au début, si on lui demandait d’écrire 800, une fois sur deux elle écrivait 8100 (8 puis 100)
– 302 : comprendre qu’il faut mettre un 0 quand nous n’avons pas de dizaine

À force de rencontrer ce type de nombre, elle a compris le fonctionnement 😉

 

Après 5 mois d’utilisation ?

Après quelques mois d’utilisation du matériel (avec une fréquence quotidienne les premières semaines, puis beaucoup moins régulière), je constate que Cacahuète a compris le fonctionnement des grands nombres et surtout qu’elle est capable de l’utiliser !

En effet, a à peine 5 ans, Cacahuète peut lire et écrire les chiffres de 0 à 9999 !

Aujourd’hui, c’est petite Em qui apprend à maîtriser les nombres, mais elle sait déjà décomposer les nombres avec l’aide des unités/dizaines/centaines en bois et des timbres.

Cette décomposition est très importante pour l’apprentissage des calculs !

 

Cependant, le plus important pour nous, ce n’est pas que les filles connaissaient à un instant T les choses, mais qu’elles arrivent à s’en souvenir, à utiliser ces connaissances et à les partager.

Je suis très fière quand je retrouve les filles avec la boîte des nombres en bois en train de jouer ensemble. Petite Em écrit un nombre et Cacahuète lui lit en lui expliquant ce qui est écrit sur chaque plaque. C’est un moment de complicité entre soeurs et de partage qui est super !

RelatedPost

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.